Pourquoi j’ai rejeté le MES

Hier, le mécanisme européen de stabilité (MES) était soumis au vote des sénateurs. De quoi s’agit-il ? De pérenniser le fonds européen de stabilité financière, bras armé qui vient au secours des Etats auxquels les marchés refusent de prêter. En échange, il force ceux qu’il aide à subir des politiques dites d’austérité, de mutilation réellement.

Si je suis évidemment favorable à un mécanisme de solidarité entre les Etats européens, jamais je ne pourrais souscrire à un texte qui asservit l’idéal européen au fanatisme du capitalisme financier. L’Europe doit offrir une perspective : la croissance, la prospérité. Telle qu’on voudrait la rendre, elle ne nous promet que du sang, des larmes et la récession.

« Belle solidarité qui étrangle ses bénéficiaires. » disait un de mes collègues en séance. Je comprends mes camarades socialistes, ils n’ont voulu ni laisser tomber nos amis grecs, ni approuver cette potion amère et se sont abstenus.

Pour ma part, et c’est exceptionnel, j’ai rompu avec la discipline de groupe à laquelle je m’astreins en temps normaux. Avec deux collègues, nous avons rejeté le MES. L’Europe ne saurait se faire que par l’espoir et non la contrainte.

About these ads

5 Commentaires

Classé dans Non classé

5 réponses à “Pourquoi j’ai rejeté le MES

  1. merot

    Bravo Monsieur e Sénateur d’avoir eu le courage d’exprimer votre opinion

  2. Mathis Dominique

    Bravo M Percheron

  3. VANDERPLANCKE JEAN PIERRE

    Militant socialiste de terrain dans le Nord Pas de Calais Picardie depuis plusieurs décennies j’adhère totalement à la position politique courageuse du camarade socialiste ,Daniel Percheron, Sénateur et président de la région NDP !… Le socialisme auquel j’appartiens est celui de Léon Blum, celui qui garda, en son temps la vieille maison du parti de Jean Jaurès !…
    « [Le socialisme] est né du contraste, à la fois scandaleux et désolant, entre le faste des uns et le dénuement des autres, entre le labeur accablant et la paresse insolente. Il n’est pas, comme on l’a dit tant de fois, le produit de l’envie, qui est le plus bas des mobiles humains, mais de la justice et de la pitié, qui sont les plus nobles. »
    (Léon Blum, Pour être socialiste, 1919 )

  4. merci pour le respect des français.
    le MES est une abbération contraire aux valeurs républicaines

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s